Traitements insecticides neurotoxiques classiques

smiley_vert Peut éviter l’épouillage ou le peignage
smiley_rouge Toxicité et effets secondaires sur les êtres humains
Résistance des poux par mutation d’espèce

Ce n’est qu’au XXe siècle, dans les années 20, que les premiers produits anti-poux sont mis en vente. Ce sont des insecticides à base de pyrèthre, une poudre issue des feuilles séchées du chrysanthème. Ensuite, la gamme des insecticides utilisés s’étoffe avec la découverte des effets du DDT en 1940, puis d’autres produits suivent. Puis de nouveaux insecticides : des organochlorés, puis des organophosphorés et enfin des carbamates, sont ajoutés aux produits anti-poux. Les pyréthrinoïdes se sont, depuis, ajoutés à la liste.

Ces insecticides ont pour objectif de tuer les poux et les larves dans les lentes. Or, si la plupart de ceux qui sont utilisés actuellement tuent l’insecte en agissant sur son système nerveux (ce qui entraîne sa paralysie), aucun d’entre eux n’est 100% lenticide. La lutte devient par ailleurs de plus en plus difficile car, depuis les années 1970, les poux développent par mutation d’espèce, des résistances aux différentes classes d’insecticides.

Insecticides utilisés :

  • DTT à partir des années 1940
  • Lindane à partir des années 1960
  • Malathion à partir des années 1970
  • Pyréthrinoïdes (bioallethrine, pyrethrins, phénothrine, perméthrine) à partir des années 1970

Résistance démontrée :

  • 1976 Paris (Lamizana & Mouchet)
  • Année 70 Paris (Lamizana & Mouchet)
  • 1993 (Richard-Lenoble) 1999 (Downs et al.)
  • 1995 Paris (Chosidow et al.), 1999 (Downs et al.)

(1) Celtipharm – Ventes du marché des traitements anti-poux CAM 09/2015