Méthodes « à l’ancienne » : l’épouillage ou le peignage avant les années 2000

L’épouillage manuel inspiré des animaux est resté pendant longtemps la seule et unique méthode, puis les peignes spéciaux de toutes formes ont fait leur apparition.


La technique du peignage humide est la plus simple et la plus appropriée pour un traitement anti-poux manuel. Les cheveux sont d’abord légèrement humidifiés et bien démêlés avec un peigne ordinaire. Dans un deuxième temps, on utilise un peigne à poux dont les dents ne sont pas écartées de plus de 0,3mm. Le peigne est passé systématiquement sur l’ensemble du cuir chevelu, en insistant sur les zones de prédilection de l’insecte : la nuque, les tempes et les zones autour des oreilles. Le peigne doit être inspecté et essuyé à chaque passage sur une serviette en papier blanc, pour bien constater l’élimination des poux. Pour bien se débarrasser des poux, les cheveux doivent être traités par peignage humide environ 4 fois tous les 3 à 4 jours, sur 14 jours.

L’intérêt du peignage humide dans la détection des poux de tête ne fait pas de doute, notamment en terme d’innocuité. Cependant, l’efficacité thérapeutique de cette méthode demeure largement controversée. Pour être efficace, le peignage doit être particulièrement méticuleux, pour n’oublier aucun pou (un seul pou oublié peut relancer l’infestation). D’autre part, le peignage n’élimine jamais toutes les lentes qui sont bien accrochées aux cheveux.
Pour bien peigner, il faut peigner longtemps. En fonction des chevelures, cela peut prendre entre 15 et 45 minutes. En général, les enfants n’aiment pas beaucoup cette activité qu’ils trouvent douloureuse, pénible et toujours trop longue.

Traitements insecticides neurotoxiques classiques, années 2000 - 2006

Ce n’est qu’au XXe siècle, dans les années 20, que les premiers produits anti-poux sont mis en vente. Ce sont des insecticides à base de pyrèthre, une poudre issue des feuilles séchées du chrysanthème. Ensuite, la gamme des insecticides utilisés s’étoffe avec la découverte des effets du DDT en 1940, puis d’autres produits suivent. Puis de nouveaux insecticides : des organochlorés, puis des organophosphorés et enfin des carbamates, sont ajoutés aux produits anti-poux. Les pyréthrinoïdes se sont, depuis, ajoutés à la liste.

Ces insecticides ont pour objectif de tuer les poux et les larves dans les lentes. Or, si la plupart de ceux qui sont utilisés actuellement tuent l’insecte en agissant sur son système nerveux (ce qui entraîne sa paralysie), aucun d’entre eux n’est 100% lenticide. La lutte devient par ailleurs de plus en plus difficile car, depuis les années 1970, les poux développent par mutation d’espèce, des résistances aux différentes classes d’insecticides.

Insecticides utilisés :

  • DTT à partir des années 1940
  • Lindane à partir des années 1960
  • Malathion à partir des années 1970
  • Pyréthrinoïdes (bioallethrine, pyrethrins, phénothrine, perméthrine) à partir des années 1970

Résistance démontrée :

  • 1976 Paris (Lamizana & Mouchet)
  • Année 70 Paris (Lamizana & Mouchet)
  • 1993 (Richard-Lenoble) 1999 (Downs et al.)
  • 1995 Paris (Chosidow et al.), 1999 (Downs et al.)

Le mode d’action physique de première génération, années 2006 - 2010

Alors que cela faisait 70 ans que l’on parlait de produit d’action physique pour éliminer les poux, une équipe de chercheurs du Centre Médical d’Entomologie de Cambridge, conduite par Ian Burgess, a travaillé sur le traitement idéal qui devait bloquer le métabolisme (respiration et excrétion) des poux et des lentes, tout en assurant une parfaite innocuité pour l’homme.

C’est au bout de longues années de recherche, que le choix s’est porté sur une formule siliconée à base de diméticone 4% et de cyclométhicone 5. Cette formule se dépose en effet sur la surface du pou, bouche ses orifices et bloque tout flux respiratoire et excrétoire de l’insecte en quelques secondes.

C’est ainsi qu’est né un traitement spécifiquement développé pour lutter efficacement contre les poux : Pouxit, l’efficacité sans insecticide à effet neurotoxique sur le pou.  Pouxit agit de manière physique en engluant le pou et en bloquant ainsi son métabolisme.

Avec ce traitement au mode d’action véritablement physique, les poux résistants aux insecticides pyréthrinoïdes et organophosphorés sont éliminés. Aucune résistance ne peut plus se développer.

Pouxit ne pénétrant pas le cuir chevelu, il a donc une bonne tolérance pour l’homme. Il est doux pour le cuir chevelu et peut être utilisé plusieurs fois notamment en cas de réinfestation après le traitement. Du fait de sa bonne tolérance, Pouxit convient à tous. Il peut être utilisé chez les nourrissons dès l’âge de 6 mois.

Depuis le lancement de Pouxit  en France, d’autres produits sans insecticides à effet neurotoxique sur le pou sont arrivés sur le marché.  Tout comme Pouxit, ils s’utilisent en plusieurs applications ou en une nuit complète de pose. La durée d’application ou la répétition du traitement permet de traiter toutes les lentes.

Le saviez-vous ?

Les huiles essentielles sont souvent utilisées dans la lutte contre les poux. Eucalyptus, géranium, persil, pin, romarin, thym, cannelle, citron, citronnelle, lavande, lavandin, mélaleuca, cèdre, benjoin, basilic, menthe poivrée, noix de cajou, coco… Les huiles essentielles que l’on peut trouver dans les traitements anti-poux sont nombreuses. On leur reconnaît des propriétés insecticides principalement par effet neurotoxique sur le pou.

Le mode d’action physique de nouvelle génération, année 2010

Les lentes sont souvent responsables de l’échec des traitements anti-poux.

Pour pallier à cette difficulté, la plupart des traitements demandent souvent plusieurs applications ou une nuit complète de pose, ce qui demande une observance minutieuse. Un seul oubli peut relancer l’infestation : un pou femelle pond jusqu’à 10 œufs (ou lentes) par jour, et ce, pendant 3 à 5 semaines, c’est autant de risques de contamination. Les poux étant très contagieux par contact direct, il faut stopper la contamination avec un produit agissant de façon radicale dès la 1ère application.

Après plusieurs années de recherche, Pouxit lance en 2010 Pouxit XF.

Avec une formule renforcée au Penetrol® qui suractive son action contre les lentes, Pouxit XF éradique poux, larves et lentes en une seule application de 15 minutes².

Plus besoin de deuxième application ou d’une nuit complète de pose !

Son efficacité a été prouvée par plusieurs études cliniques² et comme tous les autres produits de traitement Pouxit, Pouxit XF est :

  • sans insecticide à effet neurotoxique sur le pou,
  • sans alcool,
  • il respecte le cuir chevelu et peut être appliqué dès l’âge de 6 mois.
Sources

(1) Celtipharm – Ventes du marché des traitements anti-poux CAM 09/2015

(2) Etudes cliniques réalisées par IF Burgess de 2009 à 2013 au Centre Médical d’Entomologie de Cambridge.

auteur: L'équipe Pouxit
L'équipe Pouxit